Macromia splendens (Pictet, 1843)


Espèces, Espèces menacées, Espèces protégées, Macromia splendens, Monographies / jeudi, juin 23rd, 2022

Cordulie splendide, Macromie splendide, Macromie élégante – (en) Splendid Cruiser – Macromiidae

Quatre espèces exceptionnelle sont plus particulièrement l’objet du Plan Régional Odonates

Indiquée le 2 juin 1869 en Ardèche, à Rompon par A.Guenée (Guenée 1870). Elle n’a pas été signalée ensuite avant 1987 !

Cette Libellule est actuellement suivie dans le cadre du PNAL sous la coordination d’Alain Ladet. Elle n’occupe que le département de l’Ardèche. Découverte dès 2013, en situation septentrionale sur le Bassin de l’Eyrieux, elle y est l’objet de recherches régulières notamment dans le cadre de sortie de l’association (OdoRunAlpes) [2]. La première mention sur de la Ganière et ses affluents (Bassin de la Cèze) date de 1996.

Grandes rivières et fleuves (Liste Verte – Rivières eaux vives [1])

VU 2020 UICN – VU 2009 Bassin méditerranéen – VU 2010 (EN 1988) Europe – VU 2016 (EN 2009, DD 1994) France

VU 2014 (NE 1997 – A préserver 2000) Rhône-Alpes – VU 2013 Ardèche – Déterminante ZNIEFF

PRAO 2015 – Plan d’Action (transition) – PNAL 2020 – Enjeux de conservation de dimension internationale

Espèce atlanto-méditerranéenne, endémique du sud-ouest de la France et de la péninsule ibérique. Sa répartition reste méconnue en Espagne et au Portugal et elle a été beaucoup mieux étudiée en France. Réputée en déclin. Elle est surtout en France dans les bassins de la Garonne, de l’Hérault et de l’Ardèche, mais se trouve ailleurs comme dans l’Aude ou jusqu’en Poitou-Charentes, voire l’Aquitaine. Elle ne dépasse pas pour sa reproduction les 480 m d’altitude.

Extrait de Ladet (2021)

Dans la région Rhône-Alpes, elle ne se trouve que dans le sud de l’Ardèche au niveau du bassin de la rivière Ardèche, et, a été découverte en 2013 sur le bassin de l’Eyrieux (Aubin & Gaillard 2014). La population sur ce dernier secteur a été depuis régulièrement suivie dans le cadre de l’organisation d’OdoRunAlpes [2]. Celles du bassin de l’Ardèche sont en bonne continuité avec les populations connues dans le département du Gard (Hentz & Bernier 2009).

Auvergne Rhône-Alpes (PNAL) – Vit dans des endroits calmes et profonds de cours d’eau sous influence méditerranéenne, notamment en Ardèche (bassins de l’Ardèche et de l’Eyrieux) et en limite sud du Cantal (rivière du Lot). Des suivis standardisés concernent le sud de l’Ardèche et ont été entamés dans les années 2000. La découverte de l’espèce sur le Lot a été l’objet de recherches spécifiques actives, celle sur le bassin de l’Eyrieux date de 2013. La conservation de l’espèce est à étudier à l’échelle des bassins versants. Il s’agit d’améliorer la connaissance des habitats larvaires et de mener un suivi étroit des populations qui sont en limite septentrionale de répartition.

Les stations de la rivière de l’Eyrieux en Ardèche (jaune) sont une découverte récente (2013) très intéressant pas sa position septentrionale. Nous avons recherché l’espèce plus au nord sur le Doux (Ardèche) sans succès.

Les larves de cette espèce vivent dans les zones lentes ou quasi stagnantes de grandes rivières dans des eaux chaudes, dépassant les 20°C en été. Elles vivent parfois jusqu’à une profondeur de 10 m et recherches les zones ombragées par les ripisylves. Elles sont nocturnes. Les imagos subissent une période de maturations qu’ils tiennent dans l’environnement proche en volant sur les coteaux ou les plateaux proches des gîtes larvaires. Les mâles parcourent des territoires étendus, pouvant effectuer des vas et viens sur de linéaires de plus de 200 m sur un tronçon de rivière. Notons que l’espèce a été découverte sur des cours d’eau de plus faible dimension, notamment ces dernières années en Ardèche (affluents de la Ganière par exemple – Ladet 2021).

Quelques habitats à Macromia splendens dans le bassin de la Ganière (affluent de la Cèze) en Ardèche. On y trouve des habitats de dimension modeste. – Extrait de Ladet (2021)

Un exuvie a été découverte le 25 mai 1997, mais généralement l’espèce ne vole pas avant le mois de juin. La période optimale des pontes se situe en juillet et les tous derniers individus sont vus début août, parfois à la fin de ce mois.

©© bync – Pierre Juliand – Ardèche le 13 juin 2009 – Monde des Insectes
  • Aubin G. & Gaillard E. 2014 – Première preuve de l’autochtonie de Macromia splendens dans le bassin de l’Eyrieux (Ardèche) (Odonata : Macromiidae). – Martinia, 30 (1).
  • Chauvet C. 2014 – Amélioration des connaissances des populations d’odonates d’intérêt patrimonial et complément des inventaires au sein de l’Espace Naturel Sensible des Gorges de l’Ardèche. – Rapport de stage, Univ. Toulouse III, Synd. de Gestion des Gorges de l’Ardèche.
  • Guenée A. 1870 – Rapport d’excursion entomologique faite dans les Montagnes de l’Ardèche et en particulier à Celles-les-Bains. – Annls Soc. ent. Fr., 10 (part suppl.) : 17-26.
  • Hentz J.L. & Bernier C. 2009 – Macromia splendens, une libellule remarquable dans le département du Gard. Synthèse des connaissances. – Gard Nature.
  • Juliand P. 2020 – Note sur l’émergence de Macromia splendens (Pictet) (Odonata : Macromiidae). – Sympetrum, 20 (art. n°87, recte hic), 13 octobre 2020. – PDF
  • Ladet A. 2021 – Macromia splendens en Ardèche. Résultats des études et analyse d’ensemble. Suites à donner. – FRAPNA Ardèche, Groupe Sympetrum.

-> WoW

[1] – L’espèce se trouve en fait sur des rivières méditerranéennes vives, mais dans les parties fortement ralenties, voire stagnantes.

[2] – OdoRunAlpes : Moyenne Ardèche les 21 et 22 juin 2014, Macromia Grand Nord le 20 et 21 juin 2015, Rivières du Doux et de l’Eyrieux les 25 et 26 juin 2016, Sur les traces de Macromia splendens sur l’Eyrieux et le Doux les 1er et 2 juillet 2017, Limite aval les 6 et 7 juillet 2019