Leucorrhines de l’Isle Crémieu


Etudes, Isère, Isle Crémieu, Leucorrhinia caudalis, Leucorrhinia pectoralis / dimanche, décembre 20th, 2009

L.Pattard dans le cadre de son stage réalisé à l’association et en collaboration avec Lo Parvi a pour mission de rechercher les Leucorrhines en premier chef sur la Réserve de Mépieu et en complément sur l’ensemble de l’Isle Crémieu.

Pour Leucorrhinia caudalis les recherches concernent les mâles qui se posent sur les feuilles de Nénuphars (généralement blancs) aux jumelles. On trouve plus tôt en matinée, mâles et femelles sur les berges plus facilement. L’espèce est à rechercher sur la Réserve de Mépieu et en particulier l’étang Baral, mais aussi en phase de maturation sur le Promontoire Potet. L’étang de Montchalin a été profondément modifié sur Courtenay, mais doit être visité, sinon pour cette commune l’espèce est à rechercher sur les coteaux secs au-dessus de l’étang de Salette qui est trop vaste pour des prospections directes. La commune de Siccieu est concernée par les étangs de Bas et l’étang Neuf. Les populations de l’étang de la Bryne sur Charette n’ont pas été confirmées récemment. Enfin se trouvent les étangs de la Paluette sur Aoste, ainsi que le Grand Marais de Passins.

L’Isle Crémieu pourrait n’avoir été que l’objet de rencontres fortuites d’individus erratiques de Leucorrhinia pectoralis toujours observée isolée. Le site le plus favorable en terme de rencontre et d’habitats concerne les tourbières à l’ouest du Lac de la Save. L’espèce a été de plus indiquée sur les étangs des Ecorées, ainsi qu’en erratisme caractérisé sur l’étang de Charamel et la confluence Bourbre Catelan. Pour cette espèce privilégier les étangs pauvres en roselières et bordés en quelques secteurs de Carex et de Joncs.

Les prospections pour Leucorrhinia caudalis ont été orientées essentiellement début juin, surla Réserve de Mépieu (Etang Barral, Marais du Marterin, Grand Etang, Petit Etang Barral, ainsi que les secteurs de maturation potentiels comme le Promontoire Pottet), Etang de Montchalin (site altéré), Etang de Salette, Etang Neuf de Siccieu, Etang de Bas, Etang de la Bryne. Non prospecté sur le Grand Marais de Passin et les Etangs de la Paluette à Aoste. A privilégier les sites avec une belle Nymphaie (Nymphaea alba) sur les étangs pauvres en Phragmites australis, ainsi que les landes et les pelouses sèches de proximité.

Celles pour Leucorrhinia pectoralis sont orientées sur les Etangs des Ecorées, les Tourbières du Lac de la Save, l’Etang de Charamel et l’APPB de Bourbre Catelan. Seul l’Etang de Charamel a été dûment visité. A privilégier les recherches les étangs pauvres en roselières et bordés de quelques secteurs de Carex, voire de Joncs.

Les stations visitées sont l’Etang de la Feuillée (2 juin), la Réserve de Mépieu (3, 4, 5, 11, 17, 22, 23, 25 juin, 1er juillet et 4 août), la Rivière de la Save (3 juin), l’Etang de Lemps (4, 16 et 22 juin), Etang de Salette (9 et 29 juin), Etang de Montchalin (9 juin), Etang de la Bryne (10, 25 juin et 3 juillet), Etang de Bas (11, 22, 23 juin, 7 et 10 juillet), Etang de Charamel (12 juin), Mares de Craquenot (17 juin), Etang Neuf de Siccieu (19 et 23 juin), Bonnevaux (27 et 28 juin), Etang Berthelet (9 juillet), Etang de Gole (12 juillet).

Pattard L. 2009 – Disparition de Leucorrhinia pectoralis et Leucorrhinia caudalis de l’Isle Crémieu. – Dossier Sympetrum, stage Univ. Lyon I : 22 pp.