Circulaire du Groupe Sympetrum

Groupe de Recherche et de Protection des Libellules Sympetrum (GRPLS)

Télécharger la circulaire (version finale) au format PDF

GRPLS, Faton Jean-Michel, 7 place de la Synagogue, 26400 Aouste-sur-Sye (France) – contact.sympetrum@gmail.com

Mars 2020

Télécharger la circulaire (version 0) au format PDF

Suivez les activités de l’association en direct sur Facebook ou sur le site Internet

Adhésion pour 2020

Nous vous avons fait suivre à plusieurs reprises ces derniers mois un point sur l’état de votre adhésion à Sympetrum. Si vous n’avez pas encore adhéré pour l’année 2020, votre soutien aux activités odonatologiques de la région est le bienvenu. Les adhésions sont les suivantes :

  • 8,00 € pour une année
  • 5,00 € tarif étudiant pour une année
  • 40,00 € adhésion spéciale 5 ans

Le plus simple pour adhérer est de vous connecter à https://www.helloasso.com/associations/groupe-sympetrum-grpls/adhesions/

D’autres méthodes d’adhésion sont possibles : contactez-nous [contact.sympetrum@gmail.com]

Assemblée générale du Groupe Sympetrum

Initialement prévue le 21 mars 2020 à Valence est différée

L’Assemblée Générale est déplacée au 3 octobre 2020

Rapport moral pour l’Assemblée Générale

Le Groupe Sympetrum est une jeune et séduisante dame, libre et indépendant, qui est née en décembre 1986. On admire son indépendance, comme on redoute sa liberté de penser et d’agir pour la protection des libellules et de leurs milieux naturels. Il s’agit cependant de la plus ancienne association odonatologique de France. Elle a été fondée par des naturalistes visionnaires qui sont encore membres de l’association comme notamment Christine Juliand, Pierre Juliand, David Loose et Cyrille Deliry. Les deux derniers étaient alors respectivement Président et Secrétaire fondateurs.

Notre association a établi ses principes de fonctionnements et sa richesse intellectuelle et scientifique sur des bases éprouvées de longue date. Avec un rythme de croisière de seulement une vingtaine de membres les premières années, nous avons su révolutionner la connaissance des Libellules dans la région Rhône-Alpes et dynamiser la préservation et la prise en compte des zones humides de notre territoire. Depuis quelques années, l’association a changé de dimension et dépasse depuis la troisième année la centaine d’adhérents. Son Conseil d’administration est fort de plus de vingt membres. C’est avec plaisir que chacun a été accueilli dans la structure en pleine expansion. Nous sommes probablement la seule association régionale dont la moyenne d’âge est inférieure à 40 ans !

Nous avons établi des concepts qui dépassent l’horizon de la région et qui ont fait boule de neige dans les chaumières de France et de Navarre : 

  • La notion de listes d’espèces déterminantes ZNIEFF a été inventée par Sympetrum dans les années 1990,
  • Nous avons dressé les premières listes rouges départementales ou régionales sur les Libellules dès les années 1980. Aujourd’hui quelle est la région qui n’a pas sa liste des Libellules menacées au format UICN ?
  • Le concept de suivi odonatologique, et ses méthodologies dont sont aujourd’hui dérivées toute nouvelle manière d’étudier les Libellules, ont été dressées par les conservateurs des Réserves Naturelles Nationales de la Platière et des Ramières avec la collaboration et le soutien de l’association,
  • La première plateforme de saisie des Odonates sur les sites Internet Visionature a été élaborée avec la section ornithologique (devenue LPO Aura) de Haute-Savoie. Aujourd’hui toutes les plateformes en place en France et à l’étranger sont élaborées sur cette base initiale.
  • Une des toutes premières et toujours la plus importante base de données régionale informatisée en France a été préparées par nos services. Nous avons aujourd’hui une base forte de plusieurs centaines de milliers de données et l’équivalent du tiers des mentions odonatologiques nationales en stock.
  • Notre association joue un rôle moteur dans la création du « Pôle Invertébré » régional comme membre fondateur.
  • Nous avons de solides partenariats avec les grandes PNA comme FNE et la LPO.

Nous n’avons jamais été sérieux, mais nous avons toujours travaillé sérieusement !

L’association a toujours été un espace de plaisir et de partage, de discussion, d’accompagnement des nouveaux venus, de la valorisation de chacun et de l’inclusion de toutes les bonnes volontés. Nous travaillons par ailleurs sur le principe et la méthode de coordination de compétence, si bien que nous ne sommes jamais en compétition avec une quelconque activité naturaliste dans la région : nous l’accompagnons, nous la soutenons, nous la valorisons. Tous ceux qui s’intéressent aux Libellules et travaillent sur le sujet sont identifiés comme des collaborateurs.

Nous n’avons pas de maison, nous nous réunissons chez les uns ou chez les autres … en juin 1992 par exemple, le premier Conseil d’Administration sur le terrain était né et s’était déroulé chez Christine et Pierre Juliand en Ardèche : Macromia splendens était de la partie. En octobre 1996 nous étions dans la Drôme, en salle et sur le terrain, chez Jean-Michel Faton. Ce type de réunion-plaisir a été renouvelé un grand nombre de fois.

Comme toute organisation humaine, il ne faut pas se cacher que nous sommes régulièrement confrontés à des inimitiés personnelles dans l’association, qui pourrait à terme mettre en péril la structure par une tendance procédurière, un manque de respect des fondements et des personnes, par un manque de reconnaissance des activités réalisées par le passé, une remise systématique en question des activités et des méthodes, par l’oubli des notions de convivialité, de plaisir et de partage. Nous tenions à tirer la sonnette d’alarme et souhaitons revenir à de meilleures options et soutenir notre bureau élu qui fait tous les efforts du monde pour maintenir le cap dans une ambiance mettant en valeur les motivations de chacun.

Le mauvais exemple à ne pas suivre (!?) de feu la Société française d’Odonatologie, qui nous a quitté trop discrètement en mars 2019, doit être une alerte pour nous même. Il est temps de se recentrer sur nos buts et projets et de retrouver nos plaisirs de naturalistes militants.

Jean-Michel Faton, président
Cyrille Deliry, président d’honneur
David Loose, président fondateur

Photothèque du Groupe Sympetrum

Jusqu’à la fin des années 2000, le Groupe Sympetrum disposait d’une galerie d’images alors gérée par Jean-Michel Faton . Celle-ci avait été fondée aux environs de 1998. Suite à des changements de fournisseur d’accès Internet, elle a disparu.

Nous avons décidé lors d’un récent Conseil d’Administration de créer une nouvelle photothèque et notamment pour accueillir les images qui seront réalisée avec une nouvelle binoculaire avec fonction d’acquisition de photographies.

Le lien est le suivant : http://www.sympetrum.fr/pix/

Observatoire régional des mares et leurs réseaux

L’observatoire régional des mares est présenté en ligne sous l’intitulé Mares, où êtes vous ? [https://www.mares-libellules.fr/]. Il y actuellement 6484 mares signalées sur le site et l’inventaire participatif est ouvert à tous. Les départements de l’Ain et de la Haute-Savoie sont de loin les mieux étudiés. C’est un site participatif chacun peut contribuer au plaisir et au désir.

La coopération du Groupe Sympetrum et Fne Ain a été particulièrement assidue et efficace sur ce département et doit se poursuivre en 2020. Plus récemment Jean-Michel Faton a réalisé pour Sympetrum des synthèses cartographiques sous SIG Qgis, issues des informations des bases de données.

Compte-rendu du CA par courriel de février-mars 2020

Amendement du règlement intérieur du groupe Sympetrum

Proposition de modification de l’article 2 du règlement intérieur :

Article 2 : Désignation et rôle du coordinateur régional, des coordinateurs départementaux et du directeur de publication de la revue
Après chaque Assemblée Générale, le Conseil d’Administration désigne parmi les titulaires sortants ou sur la base de nouvelles candidatures actées par une lettre de motivation, […] et pour 2 ans nomme un directeur de publication par décision du CA en même temps que les coordinateurs après l’AG. Ce directeur de publication aurait toute liberté de s’organiser avec un comité de lecture (informel) en fonction des articles. Il devra travailler en parfaite coordination avec les membres du bureau.
L’avis du Conseil d’administration est nécessaire pour présenter cet amendement de l’article à l’Assemblée générale.

Voir en annexe : questionnaire soumis.

Membres du Conseil d’Administration (19+1) : Jean-Michel Faton*, Gauthier-Alaric Dumont*, Cyrille Deliry*, Marie Lamouille-Hébert*, Alain Ladet*, Nicolas Souvignet*, Marielle Tardy*, Angélique Pruvost*, Yoann Boeglin, Julien Sthème de Jubecourt, Jörg Schleicher, Valentin Baux, Pierre Juliand, Benjamin Le Mell, Alexandre Giusti*, Claude Sanitas, Quentin Schaming, Aurélien Bourdin*, Cédric Jacquier.

Tous les membres du Conseil d’Administration ont été consultés par courriel et devaient répondre à un questionnaire simple mis en ligne à cet effet (annexe). Les membres marqués * ont répondu au questionnaire dans les délais fixés par le Président, soit avant le 2 mars 2020. 10 avis favorables ont été donnés sur 10 avis prononcés (quorum atteint pour 7 voix, art. 10 des statuts), soit unanimité. Un avis donné hors délais est réputé invalide.

En conclusion cette proposition est acceptée à l’unanimité : le Conseil d’administration est favorable à la présentation de cet amendement à la prochaine Assemblée générale.

Mardi 3 mars 2020

Annexe

Quelques dates choisies

  • 23 et 24 mai 2020 – Prospection dans les Chambarans (Drôme) à la recherche d’Epitheca bimaculata et de Leucorrhinia.
  • 26 mars 2020 – Réunion Gomphes du Bassin de la Loire (Belleville sur Loire).
  • 10 juin 2020 – Découverte des Libellules (Lo Parvi).
  • 13 et 14 juin 2020 – 24 Heures Naturalistes de la Drôme à Aouste sur Sye.
  • 27 et 28 juin 2020 – Prospection dans les Baronnies (Drôme) à la recherche de Coenagrion caerulescens.
  • 25 juillet 2020 – Prospection des sources de la Drôme (sortie commune Sympetrum et Lpo).
  • 8 et 9 août 2020 – OdoRunAlpes dans les Baronnies (Drôme) (en préparation).
  • 29 juin au 2 juillet 2020 – European Congres On Odonatology en Slovénie.

Sorties Espaces Naturels Sensibles de l’Isère : 27 mai 2020 à Charette, 7 juin 2020 à St Blaise du Buis, 5 juillet 2020 à St Laurent du Pont, 11 juillet 2020 à St Jean de Bournay, 15 août 2020 à St Didier de Bizonne.

A suivre… : Formations Odonates par Pierre Juliand (commandez votre formation [http://www.sympetrum.fr/rad/?p=164], Séminaire alpin PNA Odonates et Papillons (en fin d’année), dates des OdoRunAlpes…

Odonatologie régionale par départements et par thèmes

Ain

La coordination du département de l’Ain est actuellement assurée par Régis Krieg-Jacquier et Valentin Baux. Ce dernier reste actif mais a déménagé à Montpellier. Aussi un troisième coordinateur – local – est recherché : poste à pourvoir. Signalez-vous.

Cordulegaster bidentata, le Pont des Pierres et l’Ain

La belle saison a permis à Loup Noally de faire son stage de Btsa Gpn à la Réserve naturelle régionale du Pont des Pierres (Commune de Montanges) sur Cordulegaster bidentata sous l’égide de la Lpo et l’expertise du Grpls. Une étude précise de l’habitat de l’espèce a été réalisée. En outre des séquences ont été filmées dans le cadre d’un documentaire sur le Rhône.

Deux synthèses sont en préparation pour le Cordulegaster bidenté : un bilan départemental dix ans après la dernière synthèse par Régis Krieg-Jacquier et la synthèse de l’étude 2019 préparée par Loup Noally dans le cadre de sont Btsa Gpn. Le contexte de découverte et de suivi de Cordulegaster bidentata est détaillé sur notre site Internet [http://www.sympetrum.fr/rad/?p=1467]. C’est le 18 mai 2011 que Jacques Bordon découvre le Cordulégastre sur le site de la Réserve naturelle. Fait remarquable des larves et même des cas d’émergences sont constaté en galerie souterraine les années suivantes. Une étude débute mi-avril 2019 pour Loup Noally stagiaire de Btsa Gpn par un tour de reconnaissance des stations sur lesquelles les suivis vont être réalisés et la découverte d’une nouvelle station en amont de la Réserve où plusieurs larves de différents stades sont trouvées. Un protocole de relevé est ensuite mis en place : suivi et résultats seront l’objet de la synthèse préparée par le stagiaire.

Leucorrhinia pectoralis dans l’Ain

La Leucorrhine à gros thorax a bien occupé nos esprits en 2019. Un projet tuteuré d’étudiants de licence professionnelle Atib de Lyon I a permis en débit d’année de consolider les connaissances et d’améliorer la définition des habitats de l’espèce en Dombes. Nous avons perdu, espérons-le temporairement, le site de reproduction le plus important de l’Ain pour cette espèce : l’étang à l’Herse à Pizay. Par contre deux nouveaux sites ont été découverts, l’un dans le nord-est de la Dombes, l’autre en Bresse : c’est une bonne nouvelle. L’espèce est maintenant inscrite au document d’objectif de Natura 2000 de la Dombes et fera donc l’objet d’études et de mesures de conservation dans les années à venir. En outre, à l’instar du cas du Cordulegaster bidenté (voir ci-dessus) des séquences ont été filmées dans le cadre d’un documentaire sur le fleuve Rhône. Les résultats, le rapport et les suites pour 2020 seront publiés après le mois d’avril.

L’année 2020 verra la poursuite des prospections hors protocole de l’espèce sur la Dombes et la Bresse. Le suivi des sites de reproduction découverts en 2019 et le maintien de la pression de prospection sur l’étang à l’Herse à Pizay. Des contacts seront pris avec les différents propriétaires contactés en 2018 et 2019 et dans le cadre de Natura 2000 Dombes. Des prospections seront bien entendu menées au marais de l’étang Bizadan et à l’étang de But. Pour ce dernier site, nous n’avons pas eu les résultats des suivis du Cen Ain, toutefois nos visites n’ont pas permis de révéler d’émergences ou d’exuvies en 2019. Par ailleurs la dynamique autour de Leucorrhinia pectoralis devrait être étendue au nord du département de l’Isère et sur le Massif de Bonnevaux dans le même département en 2020.

Résumé des projets dans l’Ain pour l’année 2020

  • Mise en place ou poursuite de suivis de sites : Dévorah à Bourg-en-Bresse, Renault-Trucks à Bourg-en-Bresse, Fondation Pierre Vérots, reserve départementale de la Dombes, Séran et Oignon, étangs Marron à Brénod, le Bouvent à Bourg-en-Bresse, actions sur le Val de Saône.
  • Suivi spécifiques : Leucorrhinia pectoralis (Bresse, Dombes), Gomphidés (Saône, Rhône, Ain), Somatochlora actica (Tourbière de Cerin…), Sympetrum depressiusculum (Vallée du Rhône), Leucorrhinia albifrons (Vallée du Rhône), Leucorrhinia caudalis (Vallée du Rhône, Bugey), Cordulegaster bidentata (Pont des Pierres…).
  • Nous aurons aussi des ateliers exuvie, des formations d’étudiants et des articles sur les Libellules…

Drôme

Assèchement de la Zone Humide de la Praille sur la haute Drôme

Le Groupe Sympetrum a l’action pour la préservation des Zones Humides : une prairie humide (une caricaie) ainsi qu’une mare à libellules ont été asséchées le long de la rivières Drôme en novembre 2019 (drains 500 mètres de long, profond de 1,5 mètres). Cette zone humide fait plus de 2 ha. Ce serait un cas sans précédent dans la vallée de la Drôme de destruction de Zone Hudide de grande taille, figurant à l’inventaire du SAGE de la Drôme. A l’issue du constat photos de drone, nom de l’entreprise faisant les travaux, nous avons fait un envoi de ces éléments auprès du responsable du service eau et environnement de la DDT. Le conseil d’administration du Groupe Sympetrum a demandé la remise en état du site avec une astreinte administrative financière et il a mandaté une avocate de Die pour ester en justice si besoin. Cette affaire a été présentée le 18 décembre 2019 à la Commission Locale de l’Eau par le représentant de la Frapna Drôme, le Dr. Roger Mathieu.

Sur la demande du Groupe Sympetrum, le préfet de la Drôme a mis en demeure l’agriculteur fautif de remettre en état la zone humide illégalement asséchée. En effet, nous exigeons que la zone humide soit restaurée sans attendre avant les premiers jours du printemps. Notre avocate a écrit début mars au préfet dans ce sens !

© Jean-Michel Faton – Photo aérienne de la Zone humide de la Praille

Projets de sorties et animation pour 2020

Outres les sorties et animations déjà posées dans le calendrier d’autres projets sont plus ou moins avancés et seront confirmés ou précisés ultérieurement : sortie grand public en juin à l’étang des pêcheurs, à Pierrelatte début août, dans le Vercors en août… recherche de Sympetrum rares dans la Plaine de Valence.

Isère

Les activités iséroises ont été présentées dans la précédente circulaire : les Libellules du département sur Nature Isère [https://frama.link/ZWUtddaV], les projets pour l’année 2020 (Leucorrhinia pectoralis, OdoRunAlpes, Base de donnée, réunion Skype de la coordination).

Pôle odonatologique de l’Isle Crémieu

Après quelques années sans inventaire sur les odonates dans l’Isle Crémieu par le Groupe Sympetrum, il était temps de réactiver tout un système de suivi sur cette partie du territoire isérois. Aurélien Bourdin nouveau dans l’équipe de coordination départementale et membre de la Commission naturaliste de Lo Parvi entend relancer la dynamique. Des la fin d’année 2019 des prospections concernant les larves de Cordulegaster bidentata, espèce connue dans des stations de basse altitude ont été menées. Diverses prospections sont envisagées pour 2020 notamment dans le cadre de l’actualisation des Znieff avec information des membres du Groupe Sympetrum ainsi que ceux de Lo Parvi. Par ailleurs un suivi protocolé selon la méthodologie Steli est en projet pour la Commission naturaliste de Lo Parvi. Prospections, sorties et animations permettront de renouveler et renforcer les relations en le Groupe Sympetrum et Lo Parvi. Cette dynamique est conforme aux activités du Pôle odonatologique de l’Isle Crémieu tel que définit il y a plusieurs années au sein du Groupe Sympetrum et centré sur les activités menées en collaboration avec l’association Lo Parvi. Notons que s’ajoutent récemment aux activités projetées une démarche de recherche et de suivi de Leucorrhinia pectoralis sur l’Isle Crémieu et le Massif de Bonnevaux.

Savoie

Un travail important a été mené sur la base de données savoyardes (dédoublonnage et géoréférencement). Une meilleure gestion et une meilleure organisation des prospections sont en conséquence attendues. De nombreuses communes vierges de données sont identifiées.

Dans le cadre des activités interdisciplinaires de l’Observatoire de la Biodiversité de Savoie, les communes d’Allondaz, Pallud et Thénésol situées en bordure des Bauges, sont au programme de prospection pour 2020. Il n’y a pour l’instant qu’une seule donnée de Libellules sur celles-ci… peu de zones humides, mais des visites ciblées méritent d’êtres menées.

Atlas des Libellules de Savoie

Faisant suite aux Atlas régionaux de 1997 et 2008, le nouveau projet d’Atlas lancé le 30 novembre 2013, lors des Rencontres Naturalistes de Savoie, est recadré. Malgré le nombre remarquable de près de 16.000 données, la Savoie paraît pauvre en regard des départements voisins où les prospections ont été plus poussées. Une première cartographie provisoire réalisée en 2017 sera réactualisée : un nouveau lot de cartes des données ayant moins de 10 ans (à ajuster le cas échéant) va être préparé ce qui permettra de réorienter les efforts de prospection. L’Atlas projeté sera un instantanée (les 10 dernières années) comparé aux informations antérieures. Une réunion ayant pour thème une discussion autour du projet d’Atlas des Libellules de Savoie a eu lieu le 28 février 2020. Le compte-rendu de cette réunion est présenté sur note site Internet [http://www.sympetrum.fr/rad/?p=1223]. Il s’agit dans la suite du projet de définir les zones à prospecter, mettre en place des actions de prospection ciblées, d’améliorer le moissonnage des données, de dynamiser les équipes de prospection par des actions de communication et à terme d’éditer le premier Atlas spécifique des Libellules de Savoie.

Sympetrum depressiusculum en Chautagne

Le suivi de cette espèce a été réalisé en Chautagne en particulier sur l’étang dit de Chanaz. Dans ce contexte un enclos a été mis en place par le Cen, mais celui-ci était mal placé car sur une zone peu propice aux émergences de Sympetrum depressiusculum. La pénétration des habitats par le moutons compromet la survie de la Libellule sur la station. Une nouvelle localité a été découverte cette années 2019 non loin de là.

OdoRunAlpes en préparation à Montricher-Albanne (Maurienne)

Dans le cadre d’un suivi de l’environnement sur la commune de Montricher-Albanne située en bordure de Maurienne un OdoRunAlpes est prévu en 2020. Il s’agit d’un secteur intéressant dont le nombre de données est déficitaire. On trouve sur cette commune des zone humides d’altitude qui méritent d’être visitées en milieu d’été (date à définir). Des possibilités de prospections supplémentaires vers des sites comme le Col de la Croix de Fer sont envisagés en deuxième journée. A suivre…

Haute-Savoie

Reseau Odonat’74 (GO’74)

Le GO’74 est coordonné par Marie Lamouille-Hébert, salariée FNE 74 et coordonnatrice départementale pour Sympetrum (autres coordonnateurs départementaux : Bernard Bal et Macha Joanin). Macha Joanin, Corentin Mele, Lisa Blanchard, Yasmine Lachenal et Maya Wells sont intervenus sur les projets menés en 2019, dans le cadre de l’actualisation des connaissances sur les Odonates du département, au sein de FNE Haute-Savoie. Les activités réalisées sur le département sont l’objet d’une synthèse pour l’année 2019 (Lamouille-Hébert 2019). Des activités transversales se concentrent sur le Plan National Odonates et l’actualisation des Znieff. L’année 2019 a été en terme d’espèces centrée sur l’étude de la Leucorrhine à front blanc (Leucorrhinia albifrons) et sur la prospection du territoire de la CCPEVA (Communauté de communes du pays d’Evian et vallée d’Abondance) et des communes orphelines de données. Un travail sur les espèces boréo-alpines et l’impact des changements climatiques est également en cours. Ce ne sont pas moins de 124 stations de haute montagne qui ont été prospectées entre 2017, 2018 et 2019 dans les massifs du nord-est du département.

  • Joanin M. 2019Actualisation des connaissances de la Leucorrhine a front blanc. Fonctionnement de localités de populations en vallée de l’Arve (74). – Rapport de Master 2

Atlas des Libellules de Haute-Savoie

A peu près terminé ce mois de janvier 2020, l’Atlas ne sera édité qu’en fin d’année dans le cadre de la présentation du plan d’actions départemental en préparation… il ne reste que quelques relectures. Le document est principalement a été rédigé par Maya Wells à la Fne Haute-Savoie sous la direction de Marie Lamouille-Hébert (notamment coordinatrice départementale). Fne Haute-Savoie et le Groupe Sympetrum seront éditeurs de ce document.

Nouvelles attendues pour quelques départements

Prochainement d’autres nouvelles de l’Ardèche, des Hautes-Alpes, de la Loire et du Rhône.

Chacun peut participer… et parler des Libellules de son départements ou de la région… vos textes ou propositions sont les bienvenus.

Libellules en stock…

Nous présentons ici une suite aux éléments déjà présentés dans le Sympetrum piémontais n°78 [http://www.sympetrum.fr/rad/?p=576], à savoir : multiplication des observation de Calopteryx haemorrhoidalis dans l’Ain, invasion en France et Benélux par Hemianax ephippiger, nouveautés sur le Haut Rhône avec Gomphus simillimus et Stylurus flavipes très en amont, Somatochlora arctica à Cerin et recherches infructueuses d’Ophiogomphus cecilia

  • Nous ne sommes ni sur le Rhône, ni sur la Saône, fiefs exclusifs du Gomphe à pattes jaunes (Stylurus flavipes) mais bien sur l’Eyrieux en Ardèche légèrement en amont de sa confluence. Le 7 août 2019, Eric Gaillard y photographie un mâle de Stylurus flavipes. Le 10 août, ce sont trois mâles et deux femelles qui sont présents sur le site, Pierre Juliand prend le cliché présenté ci-dessous. Des recherches sont prévues en 2020 afin de définir notamment le gite larvaire de ce Gomphe qui n’a pu être trouvé en 2019. Notons à cette occasion que l’espèce est nouvelle pour la Savoie : elle a été découverte sur le Rhône dans le secteur de Champagneux (la totale : exuvies et imagos).
Photo – © Pierre Juliand – 10 août 2019 sur l’Eyrieux
  • Le Lac d’Aiguebellette est connu de longue date pour abriter la Grande Aeschne (Aeshna grandis). Elle a été l’objet en 2019 d’une sortie en canoës, suite à son observation en 2018. Nous en avons parlé dans la circulaire précédente.
  • L’année 2019 a été particulièrement favorable aux contacts avec le Leste sauvage (Lestes barbarus) en Savoie une Libellule qui n’avait été contactée qu’exceptionnellement sur le département jusqu’alors : ce sont peut être 4 nouvelles stations qui se dessinent. A confirmer par de nouvelles prospections.
  • L’habitat de l’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) est en voie de restauration dans l’Ain sur le site du Dévorah (Bourg-en-Bresse). C’est un gros chantier qui a démarré fin 2018 avec ouverture de larges portions du linéaire réouvertes afin de favoriser le développement de l’espèce ainsi que la suppression de deux passages busés. En ce qui concerne les autres Libellules des mares ont été recreusées et les travaux vont se poursuivre afin de remettre en connexion des zones marécageuses. Il s’agit d’un bel exemple d’action concrète du Groupe Sympetrum avec le Syndicat du bassin versant de la Reyssouze, Fne Ain, Grt Gaz et Renault-Trucks.
  • Les Lestes bruns (Sympecma fusca) sont déjà de sortie cette année et battent un record de précocité pour la reproduction.

De nouvelles dimensions pour Leucorrhinia albifrons

Projet de mise en réseau des actions de suivi et de préservation de la Leucorrhine à front blanc à une échelle trans-régionale intégrant l’Ain, la Bourgogne Franche-Comte, la Haute-Savoie et la Suisse. A suivre… Il conviendra d’intégrer en outre les nouvelles connaissances des départements de l’Isère et de la Savoie.

Cyrille Deliry, secrétaire et l’équipe du Groupe Sympetrum le 18 mars 2020